Le palais du Belvédère @ André Lapointe

Une autre belle journée à Vienne. Le soleil est omniprésent depuis mon arrivée., je dois mener une belle vie.

Ce matin, après mon éternel déjeuné de pâtisseries viennoises, de fruits, de yogourt et de l’excellent café, me voilà prêt pour entamer cette merveilleuse journée.

Premier arrêt : le Hochstrahlbrunnen – une fontaine, situé devant le monument en hommages aux morts de la seconde guerre mondiale – que j’avais visité, hier, mais de soir. Ensuite, direction vers les jardins du Belvédère. Ces jardins situés entre le palais du Belvédère haut et le Belvédère bas, sont de toutes beautés – OK un peu moins que ceux du château de Schönbrunn – mais ils valent la peine d’être vu. Ces jardins sont entourés de fontaines, de fleurs d’un genre de lac artificiel.

la  » Wiener Riesenrad  » – la grande roue – de Vienne @ André Lapointe

Pour me rendre au prochain lieu, j’ai décidé – de la faire à pied – quelle mauvaise idée. Bon c’est 40 minutes de marches – ce n’est pas beaucoup – mais le chemin donné par Google Map est assez « weird ». Il me fait passer, sur un chemin longeant une route… disons une autoroute ensuite, de toutes petites rues, il m’a fait traverser un chemin de fer – ok, via une passerelle – mais de l’autre côté, le chemin continuait en dessous d’un genre de « Métropolitain », pour finir en dessous un tunnel. Bref, la marche fût assez spéciale merci.

Voilà, au bout de la rue, le fameux parc « Bohemian Pretar » (Tivoli). C’est un parc d’amusement, mais surtout pour les enfants, il n’y a rien pour les adultes. Mais, il est situé dans un espace convivial et tout de suite à côté, il y a un immense parc, où l’on peut se reposer après une si longue marche  Est-ce que le trajet pour aller à ce parc, vaut le coup ? non ! car il n’y avait rien pour moi…
Ah oui! Finalement, ce n’était pas pour rien. J’ai découvert le Langos (pains en forme de galette et frit dans l’huile). Il est offert sous toutes ses formes (nature – badigeonné d’ail -, avec crème sûr, avec frites etc. etc.).

Après, cette déception, je me suis dit : « Bon, allons à l’autre parc… le Prater Wien », voyons si ça vaut le déplacement. Mais ce coup-ci, j’ai pris le transport en commun (bus + métro). Arrivé sur place, c’est complètement différent : ici il n’y a pas beaucoup de « Locaux », ni beaucoup d’enfants, mais beaucoup de touristes.

Nacelle de la grande roue de Vienne @André Lapointe

Le Prater Wien est un immense parc d’attraction avec de nombreux manèges, qui sont inédit, pour les nord-américains. C’est aussi à cet endroit qu’on ne retrouve pas une, mais bien deux grandes roues. Une qui est plus « moderne » et l’autre qui est « antique ». J’ai choisi le classique.

La Wiener Riesenrad, mesure 64,75 mètres de hauteur – comparativement, la grande roue de Montréal – fait 60 mètres. Et elle est une des attractions les plus visités de Vienne. On comprend pourquoi lorsqu’on embarque dans cette roue ; elle est vieille, unique et ça fait son charme. On peut même y célébrer un évènement unique : lors de mon passage, dans la nacelle devant moi, un couple célébrait un évènement. Ils ont eu droit à une nacelle pour eux seulement, un repas servi par un serveur… coût de l’opération 350 euro. Qui m’aime assez pour m’offrir ça ?

Après cette journée épuisante, je me dirige vers mon hôtel, où je vais me reposer… une autre journée m’attends demain.