Le télétravail en voyage

Le télétravail en voyage

Maroon Cihangir Flats

Comme vous le savez probablement, en juin dernier j’ai commencé un nouvel emploi et lors de la négociation de mon contrat, une des conditions était de me laisser travailler à partir de l’étranger quelques semaines par année. Donc je vais vous parler de ma première expérience de télétravail sur une longue période, car dans mon emploi précédent, j’en ai fait souvent, mais sur de courte période seulement. 

Où aller pour mes quatre semaines ? 

Ça a l’air simple de même, mais il y a plein de choses qui entrent en ligne de compte… car même si je suis à l’extérieur du pays, les choses au Québec doivent quand même se payer… 

Donc, premier choix  : le pays

Il se devait d’être un pays à prix abordable, il devait avoir une bonne connexion internet et pour une première expérience de quatre semaines, je voulais au moins connaître un peu l’endroit où j’irais. 

Après avoir réfléchi sur plusieurs semaines, j’ai choisi un pays que je connais bien – je dirais plus une ville que je connais par cœur – Istanbul !

Un coup le lieu trouvé, la prochaine étape était de trouver soit un hôtel ou un appartement pour la durée du séjour et vu que mon plan est aussi de pouvoir voyager les fins de semaine, il me faut un lieu ou je peux laisser mes affaires .. donc un appartement serait le mieux.  Mais ce n’est pas tout, il faut que l’appartement possède une bonne connexion internet. Et en Türkiye ce n’est pas l’eldorado de l’internet. 

J’ai fait plusieurs recherches d’appartements et une de mes questions était :  Quel est le débit de votre internet  ? La majorité m’ont dit “La meilleure de Türkiye .. 24 mgb”

Je me suis résillé.. Et j’ai commencé à regarder des lieux de télétravail partagé du genre WeWork. Et il y en a des vraiment pas cher là-bas. Mais avant de choisir un de ces lieux de co-worker, vaut mieux trouver l’appartement. 

Maroon Cihangir Flats

Je voulais rester dans un quartier animé comme Beyoğlu, car c’est bien, les restaurants ferment tard, il y a des bars et aussi des commerces. Donc, j’ai limité ma recherche dans ce quartier. Et j’en ai trouvé un qui m’a plus et qui était très bien situé. Côté prix, il n’était pas le moins cher, mais vu qu’il était géré par un groupe immobilier, je me suis dit qu’il sera plus facile si jamais j’avais des problèmes dans l’appartement et effectivement, j’ai eu un petit problème avec la toilette et en moins de deux c’était réparé.

L’appartement consiste en une chambre avec un coin cuisine.. où je pourrais me faire cuire la bouffe en soirée. Elle était équipée de brûleurs, d’un lave-vaisselle, de chaudrons et tout ce qu’il faut en fait pour cuisiner un peu. C’était petit mais fonctionnel. Le lit était confortable et le plus important c’était propre.

Pour les déjeuners..  je me suis acheté du pain, des céréales, des confitures et du café “Nescafé” …. Je n’ai JAMAIS fait la bouffe le soir… Come on Istanbul possède tellement de bons restaurants… 

Chambre 101

L’appartement est situé dans Cihangir :

« Cihangir est l’un des 45 quartiers du district de Beyoğlu à Istanbul.  Il domine le Bosphore et fait face à la Corne d’Or.”

Il est bien situé, près de nombreux cafés, restaurants et dans l’immeuble, il y a des laveuses / sécheuses où l’on peut faire son lavage gratuitement. 

Le lieu de télétravail 

Un coup l’appartement réservé, j’ai trouvé un lieu de télétravail qui était à bon prix et accessible depuis l’appartement, surtout en soirée car l’inconvénient de travailler de l’Europe, c’est que je dois tout de même travailler aux heures de Montréal !  Hé oui, donc pour Istanbul, mon horaire de travail était de 15h00 à 23h30.

Le centre CoBAC Workspace est situé dans le quartier d’Eminönü. Il est situé à la sortie d’une station de métro et au pire, je peux m’y rendre à pied.

En plus son horaire me convenait (fermeture à minuit). Le coût pour un mois était très abordable. De plus l’espace était propre, café et thé gratuit, il y a un restaurant sur les lieux – qui ferme malheureusement trop tôt – et le personnel est super sympathique ! J’avais aussi l’avantage de travailler presque seul sur place de 20h00 à 23h30… en fait j’étais toujours le dernier à quitter… Il y a eu pendant quelques jours un américain avec moi, mais il quittait toujours vers 22h45. Vu que j’étais le dernier à partir, j’ai pris l’habitude de fermer les lumières de l’étage et à chaque fois, l’employé me remerciait de l’avoir  fait.

Ah oui ! Il y avait un toit-terrasse, où il y a eu une ou deux fois des concerts de jazz et il y avait aussi deux terrasses où l’on peut travailler en admirant la ville. 

CoBAC Workspace

De plus, on retrouve dans les alentours du CoBAC Workspace, de petits restaurants sympathiques, des “dépanneurs” et pourquoi pas .. même des commerces pour touristes. 

Je recommande à 100%, si vous avez besoin, d’un endroit à Istanbul pour y travailler. Ils ont des tarifs adaptés à chaque situation ! 

En dehors du télétravail

C’est bien beau faire du télétravail, mais, je ne suis pas allé là-bas que pour travailler…
Je ne vais pas tout détailler… Un mois c’est long….

 

Mais tout d’abord, j’ai pu profiter de rencontrer quelques une de mes amis et je me suis fait aussi un nouvel ami – Karim  – qui était mon voisin d’appartement. Grâce à lui, j’avais aussi une personne avec qui prendre des cafés le matin et faire un peu de magasinage. 

De plus, après ma journée de travail, je n’avais pas nécessairement envie d’aller dormir directement et l’avantage d’Istanbul, c’est que même à 1h00 du matin, c’est possible de magasiner et d’acheter des vêtements chez Zara, H&M et dans tous les magasins turcs (DeFacto, Koton, Mavi etc..). Un vrai paradis pour les couche-tard.
De plus, si tu as une fringale, on trouve facilement tout genre de restaurants ouverts très tard. Mais que fait-on en soirée, voir en pleine nuit ? Bah on va dans les bars avec Karim ! 

Donc,  mes journées c’était de me lever tôt, déjeuner, sortir avec Karim pour prendre un café ou des fois prendre des déjeuners avec d’autres amis, faire des achats – car j’adore les vêtements en Türkiye  – et en plus j’avais une valise complètement vide que je pouvais remplir de vêtements ! ensuite me préparer pour aller travailler, pour ensuite sortir dans les bars avec Karim .. la belle vie quoi ! 

Ah oui.. Ça, ce sont mes jours de semaine… regarder les blogs suivants pour mes histoires de fin de semaine ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le castor voyageur