Tiranë ... la nuit © Europe Backpacking

Tiranë … la nuit © Europe Backpacking

Hier soir, Serkan et moi avions envie de sortir prendre un verre dans un bar de Tiranë. Serkan avait trouvé un des seuls bars « gays » d’Albanie… le « Buda bar ». Mais on ne le trouvait pas ! Serkan, qui ne se décourage pas facilement, a spotté deux gars dans la rue qui semblaient « gays » et il leur a expliqué que l’on cherchait le « Buda bar ». Il avait vu sur le net que c’était un bar gay et que nous étions un couple. Un des gars nous a dit qu’il était fermé mais qu’on pouvait aller au « Radio bar », qui n’est pas un bar gay mais où une bonne partie de la communauté s’y tient. Mais ce soir c’était mort (un mardi). Ils nous ont suggéré un autre bar, le « Li-zard« . En route vers le bar, le « Grec » d’origine, nous a demandé si nous étions un couple « ouvert » lol. La réponse de Serkan fut immédiate… Non. Fiou, je suis fier de mon chum.

Non, le « Li-zard » n’est vraiment pas pour moi. Un gars se tient à l’entrée et décide qui il va laisser passer. Nous avons été chanceux car nous avons passé. Le Grec nous a précisé que ce n’était pas un bar gay ! On l’a remarqué tout de suite. Serkan a aimé ce bar pour son ambiance. De mon côté, je trouvais ça tellement « plate » comme bar. Si les Albanais s’amusent dans ce genre d’endroit, ils doivent capoter dans les grandes villes nord-américaines…

Après une bière nous sommes partis.

Ce matin, notre plan est d’aller magasiner au « TEG », qui veut dire : Tirana East Gate. Un des plus grands centres d’achats d’Albanie. Je voulais acheter quelques vêtements chez *Celio… Mais, à peine arrivé, mon chéri s’est mis à capoter tellement son corps le faisait souffrir. La peau rougeâtre lui faisait tellement mal… J’ai vécu ce genre de sensations voilà quelques années. À certains moments, ça nous démange tellement qu’on veut s’arracher la peau.
On quitte donc à toute vitesse pour l’hôtel mais c’est pas facile quand tu ne connais pas la route et que ton chum se tord de douleur. J’ai le coeur brisé juste à le voir souffrir. Il a tellement mal qu’il en pleure. Et moi, je ne peux rien faire !

Arrivé à l’hôtel, il saute dans la douche… froide. Ça le soulage 5 minutes, mais ça repart de plus belle. On est sortis chercher de la crème à la pharmacie. Pas facile quand tu ne parles pas la langue du pays. Avec des gestes et une traduction via internet, on y arrive. Elle nous donne une première crème.

Malgré l’utilisation de cette crème et en croyant bien faire avec nos serviettes d’eau froide, il souffre encore le martyre. Je repars à la pharmacie. Je lui demande une deuxième crème car la première ne semble pas fonctionner. Elle me donne une autre crème. Je lui demande si prendre une douche froide peut aider ? « No, no never! Put cream and use cucumbers »… Quoi ? Des concombres? Ok! Essayer d’expliquer à Serkan que malgré le fait que les douches le soulagent, il ne doit pas en prendre…. Pas facile! J’ai presque dû me chicaner avec lui.

Il ne réussit pas à dormir malgré les crèmes et les concombres lol L’autre solution est de lui faire boire de la bière ! Déjà qu’il a arrêté de jeûner pour moi. Il m’avait avisé que, par contre, il n’allait pas boire d’alcool durant le ramadan. Mais il souffre tellement qu’il a dit : Ok! Après trois bières, une à la suite de l’autre, il a dormi comme un bébé.
Je l’ai frotté avec ses crèmes et concombres une bonne partie de la soirée.

On a rien vu de Tirana mais, pas grave! On y reviendra un jour, peut-être?