Dans l’avion de Norwegian © André Lapointe

Aujourd’hui c’est le départ vers le soleil. Oui enfin. Hier, j’avais préparé ma valise pour ne pas stresser ce matin et être calme avant le départ. Mon vol est à 13h25, mais vu que je dois laisser la voiture au bureau et que Serkan doit travailler à 11h00 et qu’il s’est offert de venir me reconduire en Car2go, nous avons dû partir tôt…

C’est le départ vers YUL !
Nous voilà en route vers YUL, en petite smart – c’est ben cool cette petite voiture là – Après les au revoir, me voilà finalement à l’aéroport avec plus de 3 heures d’avance. Pas de regret ici, déjà que Serkan a bien été gentil de venir me reconduire et de plus j’ai appris par la suite qu’il devait retourner au bureau, car il avait oublié son sac à dos dans ma voiture, en plus de s’être perdu en chemin.. il est finalement arrivé en retard à son travail.

j’ai fait mon “check in” hier, via l’application de Norwegian Airlines, alors j’ai déjà dans mon téléphone la carte d”embarquement. Alors, tant qu’à perdre mon temps du côté public de YUL, aussi bien passer la sécurité et aller prendre un morceau de l’autre côté et fouiner dans les boutiques.

Après un passage rapide à la sécurité, me voilà chez Starbucks pour boire un café et manger un muffin. Bien installé à la porte 57, je mets mon téléphone sur la charge – mais mautadine qu’il ne charge pas vite- j’en suis à seulement à 15 % après plus d’une heure. Je pense que les bornes ont un problème. Bref, voilà c’est l’heure d’embarquement .. les familles d’abord et ceux de la section C. Ah c’est moi ça. Je passe devant la préposée, pour scanner ma carte d”embarquement. “Bip” croix rouge. “monsieur passé à côté, vous n’avez pas passé par le bureau de Norwegian pour donner votre passeport, mais ce n’est pas grave, ma collègue va s’occuper de vous”. Fiou.. mais j’ai appris à mon retour que si j’avais passé au bureau d’enregistrement avant de passer la sécurité, mon sac n’aurait pas été accepté dans l’avion, vu sa grosseur. C’est ce qui s’est passé au retour, mais heureusement je n’ai pas eu à payer pour mettre mon sac en soute.

J’ai comme voisin, un couple de Québec, qui vont passer quelques semaines sur leur bateau, en Martinique. Ils vont passer tout le reste du trajet à dormir… les chanceux. Sur cet avion, un Boeing 737/800, aucun divertissement, aucune prise USB et aucun repas offert. Mais, au prix payé on ne va pas se plaindre. Mais, mon téléphone était mort avant mon arrivée en Martinique….

C’est fait, j’ai les pieds en sol martiniquais. Vite direction vers le bureau de Sixt, le locateur de voiture. Avec mes clefs en main pour la Peugeot 208 et pas de GPS – mon téléphone étant mort – et avec une faim de loup, je me dirige n’importe où. J’ai suivi ‘‘direction Fort-de-France”. Je m’arrête à un Mcdo – ils ont toujours des prises électriques pour charger son téléphone… mais non pas eux ! Bon j’ai quand même pris un “best of” Big Mac… notre trio au Québec.

J’ai repris le chemin, en espérant trouver un endroit où je pourrais charger mon téléphone… tiens un autre mcdo ( il est 21h30). Je prends un coke zéro et dieu merci ils ont une prise électrique. Le gardien me dit “on ferme à 22h00”. OK j’ai le temps de charger un peu. J’ai ajouté l’adresse du airbnb dans Google Map et me voilà devant une maison et stephann, me dis qu’il est dehors, mais ne me vois pas. Ah ben tabarouette.. après avoir parlé via Whatsapp on s’aperçoit qu’Airbnb n’ont pas bien intégré l’adresse, alors Google Maps m’a amené à un autre endroit. Heureusement Fort-de-France ce n’est pas Montréal. Dix minutes plus tard, j’y suis enfin. Stephann, me fais visiter l’appartement, m’explique tout ce que je dois savoir sur l’appartement. Il est vraiment un hôte exceptionnel. Il a tout bien préparé mon arrivée : eau, yogourt, pain, fruit tout ça pour moi. Voilà, il est tard et je suis crevé. Mon lit me fait signe.